Quand tu abats un arbre,
c’est comme si tu abattais un homme

P. Echaroux

LES PORTRAITS DE LA FÔRET DE PHILIPPE ECHAROUX

Une forêt de visages surgit des entrailles de la jungle amazonienne.
Tel est le projet du photographe
Philippe Echaroux, particulièrement sensibilisé au problème du massacre écologique dans le monde.

En répondant à l'appel du chef indien de la tribu amazonienne des Suruis, l'artiste tente d'illustrer, dans son exposition photographique "The crying forest", le lien fort qu'il existe entre les hommes et la nature. Pour cela, il projette de gigantesques visages d'indiens au cœur de la forêt.
Victimes d'une déforestation massive par de grands exploitants forestiers ou des orpailleurs, ces indiens ne sont plus que 1300 au total et le monde semble peu à peu s’en désintéresser.

Une œuvre éphémère mais engagée, qui préserve la nature sans la détériorer, à voir absolument.

L'exposition se tient à Paris, à la Galerie Taglialatella jusqu'au 15 décembre 2016.

 

LES PORTRAITS DE LA FÔRET DE PHILIPPE ECHAROUX
LES PORTRAITS DE LA FÔRET DE PHILIPPE ECHAROUX
LES PORTRAITS DE LA FÔRET DE PHILIPPE ECHAROUX

LA PETITE HISTOIRE DE PHILIPPE ECHAROUX

Photographe français contemporain très engagé, Philippe Echaroux expose depuis 2009. Proche des gens et de leurs conditions, il aime donner de son temps à des personnes en difficulté. Doucement, il se spécialise et devient une référence dans l'art du portrait.
En 2013, il créé le street art 2.0, expression artistique qui consiste à photographier des sujets pour les projeter ensuite sur une surface extérieure (pont, mur…).
Philippe Echaroux souhaite "faire de la photographie tout en faisant du bien" et, à ce titre, reverse une partie de ses ventes à diverses associations humanitaires et écologiques.

Un artiste qui ne pouvait que plaire à Cookie !

Retour à l'accueil